Voulez-vous recevoir du soleil dans votre boîte courriel?

Nous vous enverrons des infos, des offres promo et les nouveautés de la Martinique

Inscrivez-vous!

En m'inscrivant j'autorise le Comité Martiniquais du Tourisme et ses partenaires à  m'envoyer des informations à  propos de la Martinique.

Né au Marigot, à la Martinique, le 12 Juillet 1961, il intègre l’École Hôtelière de la Martinique en 1982, et obtient un Certificat d’Aptitude Professionnelle en cuisine classique. En 1984, il quitte sa terre natale pour Paris où il est embauché au NOVOTEL Massy- Palaiseau, où il rencontre Monsieur S.G. SANDER, Maître Pâtissier Chocolatier.

En 1991, après plusieurs expériences au sein de différentes brigades, il retourne en Martinique, car il était important pour lui de partager son savoir et de se rendre disponible pour la terre qui l’a vu naître.

Il se met au service de LA PLANTATION, à Pays Mêlé, au Lamentin.

En 1992, Christian MILLAU, Propriétaire du Guide « Gault et Millau »,  de passage en Martinique, goûte à sa cuisine et lui décerne la Clé d’Or de la Qualité pour cette cuisine métissée, mélange de produits locaux et de produits d’ailleurs, comme « Le Millefeuille de Foie Gras et Bananes Jaunes », « Le Grillon de Ti-Nains, Canard Confit et Girolles », « La Poêlée de Ti-Nains, Morue et Morilles ».

En 1993, le magazine américain « BON APPETIT » le classe parmi les 4 meilleurs chefs du bassin caribéen.

Début 1997, il quitte la Martinique et se dirige vers l’île de Tobago où il devient Chef Exécutif au Mount Irvine Bay Hotel and Golf Club.

En Décembre 2005, après un retour en Martinique et différents projets, son restaurant voit enfin le jour…et il choisit de l’appeler naturellement « Le Brédas ».

Dans son établissement, il continue à développer sa Cuisine, faite de métissage de produits, ancrée dans son identité profonde. Les gourmets accourent et son pari fou de s’installer à l’intérieur des terres est récompensé. : Le Brédas obtient le label Qualité Tourisme dès 2007.

Sa brasserie, « Brédas chez Maxime » est officiellement inaugurée le 2 Avril 2011: il y développe une cuisine savoureuse, à prix doux.

En 2012, lui est offert le challenge de concevoir les menus de la Classe Madras de la compagnie Air Caraïbes, avec les saveurs et senteurs de son choix. 

Dans le même temps, il se voit admis dans le club très fermé des Maîtres Cuisiniers de France et est nommé Maître Cuisinier de France en Mars 2012, intronisé par Christian TETEDOIE à Perpignan.

Il est sollicité en 2013 pour écrire la Préface d’un livre sur les pâtisseries et confiseries traditionnelles de la Martinique intitule « Bonbons et Abili-Zouzous ».

Il termine alors son travail de recherche avec l’anthropologue Martiniquais, William Rolle sur le Porc, qui fascinera l’éditeur DOYEN, patron des Editions ORPHIE ; c’est la parution du « Grand livre du Cochon Créole », en Juillet 2014.

Son autre livre de cuisine, « A la Recherche des Saveurs Perdues », fruit de ses longues recherches personnelles et riche de son parcours caribéen, paraîtra chez le même éditeur fin 2014.

En Février 2014, il sera officiellement intronisé à l’Académie Culinaire de France, avec la ferme volonté de faire mieux rayonner sa Région, la Martinique, son environnement Caribéen, l’esprit des Amérindiens qui l’anime et la richesse d’un patrimoine culinaire encore fortement méconnu par ceux issus de sa Terre natale, avec ses influences indiennes, africaines, asiatiques et européennes.  

En Décembre 2014, il est nominé à L’Académie Culinaire du Monde Créole, et y obtient le Prix de L’Excellence pour son travail, ses recherches, sa vision de la Cuisine Caribéenne.

En novembre 2015, il reçoit le titre de Chevalier de l’Ordre National du Mérite pour ses 32 années au service de la Gastronomie Antillaise.

Le Chef Brédas travaille actuellement à l’élaboration de son troisième livre, autour du bien-être par l’alimentation, avec des historiens et des anthropologues de l’alimentation, de même qu’il donne dans son établissement de renom, un tournant à son travail, où il n’a de cesse d’exhiber et de valoriser les vertus et les richesses de la nature féconde qui l’environnent.